photo

Les enjeux digitaux du secteur juridique

Que vous soyez Juriste, Directeur(trice), Salarié(e) ou Associé(e) : vous êtes confronté(e) à l’impact du digital. Le digital concerne tous les secteurs, cela serait une erreur de penser que le secteur juridique est insensible à ces changements.

Dans cet article, Legal Talents vous explique ce que le digital va apporter à la profession.

 

Le Digital pour se rapprocher de ses clients

Le digital est utilisé afin de se rendre plus présent, plus proche et plus disponible pour ses clients. Cela s’applique aussi aux fonctions juridiques. Que vous soyez cabinet d’avocats ou que vous travaillez dans un pôle juridique en entreprise, vous devez gérer des clients (externes ou internes) ; ainsi le digital est un moyen pour vous de répondre à leurs besoins plus rapidement. Les clients ont besoin d’être rassurés, d’être écoutés et conseillés en permanence, une plateforme en ligne avec des chatbots peut être un bon moyen de les rassurer et de leur fournir un premier niveau de réponse / prise en charge de leur problématique.

Le digital vous permet de mieux communiquer avec vos clients. Les clients veulent de la transparence et des informations. Ainsi, avec un site internet étoffé vous pouvez publier des informations relatives à la vie du cabinet, vos prestations, vos partenariats, publier des contenus et des liens vers des sites d’informations et les réseaux sociaux professionnels. Développer votre communication et vous montrer actif sur les plateformes digitales est un moyen de montrer à vos clients que vous êtes présents pour eux, toujours dans le but de les rassurer et de maintenir le lien. La relation clients est le premier enjeu de cette transition digitale.

 

Le Digital pour rendre la gestion plus efficace

Le digital est avant tout un moyen d’avoir une gestion plus efficace de votre pôle juridique. Le digital a tout d’abord commencé par améliorer l’archivage et la sécurisation des documents et donc des données. Plus de documents papier – ou presque – tout est digitalisé afin de faciliter l’accès aux informations. En un simple « clic », vous pouvez retrouver tous vos dossiers, un véritable gain de temps.

Le digital doit faciliter les échanges, tant en interne qu’en externe. L’envoi de documents importants, d’informations en interne, la mise à jour de la base de données, la création d’un dossier, l’accès aux dossiers, le digital va vous permettre de faciliter cette gestion quotidienne et de la rendre plus efficace. L’intégration du digital a pour but de vous faire gagner du temps, de gérer vos dossiers avec autant de précision, de faciliter les échanges d’informations en interne et de sécuriser les pratiques.

 

 

Le Digital pour se consacrer aux tâches juridiques et non plus administratives

Si toutes ou partie des tâches administratives sont automatisées cela va vous permettre de vous concentrer sur les tâches juridiques : votre cœur de métier. Automatiser les tâches à faible valeur ajoutée vous permet d’accorder plus de temps aux tâches à forte valeur ajoutée. C’est un cercle vertueux : avoir plus de temps vous permet de traiter plus de dossiers et donc de satisfaire plus de clients. Cela vous permet d’optimiser la qualité du service rendu et vos résultats financiers, in fine la profitabilité de votre activité.

De plus, le digital vous permet d’avoir accès à des informations fiables et d’anticiper certains risques, ce qui peut s’avérer être une aide précieuse.

 

Le Digital pour acquérir de nouvelles compétences

Les juristes doivent être sensibles à la transition digitale pour mieux comprendre les nouvelles lois tels que le RGPD ou encore la Loi Sapin 2. Les lois s’adaptent au monde qui nous entoure et prennent de plus en plus en compte l’environnement digital.

De plus, l’apparition et le développement des LegalTech montrent une réelle envie de moderniser et de digitaliser le droit. La transition digitale doit vous pousser à acquérir de nouvelles compétences et à faire preuve d’adaptation.

photo

Les 10 points clés de la loi PACTE

Retour sur la Loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises).

Son objectif est « de mieux financer les entreprises et de les rendre plus justes, plus libres et plus innovantes ». Nous en avons résumé pour vous les 10 points-clés :

 

1 – Simplifier les Seuils applicables

Le but est de créer un environnement juridique favorable à la croissance des PME. Pour cela, les entreprises devront avoir dépassé les seuils de 11, 50 ou 250 salariés pendant cinq années consécutives avant de répondre aux obligations sociales et financières qui y sont associées.

 

2 – Supprimer le Forfait social sur l’Intéressement et la Participation

La loi PACTE supprime le forfait social sur l’intéressement pour les entreprises de moins de 250 salariés et sur la participation pour les entreprises de moins de 50 salariés.

 

3 – Repenser la place de l’Entreprise dans la Société

Le Code Civil et le Code du Commerce sont modifiés pour que les enjeux sociaux et environnementaux soient pris en compte dans la stratégie et le développement des activités des entreprises.

 

4 – Créer son Entreprise 100 % en Ligne à moindre coût

Il est maintenant possible de créer son entreprise 100% en ligne, et ce, à moindre coût. Un guichet unique a été créé pour remplacer les sept interlocuteurs existants. De plus, un rapprochement des registres est effectué et le stage de préparation à l’installation devient facultatif.

 

5 – Faciliter le Rebond des entrepreneurs

L’idée est de raccourcir la procédure de liquidation judiciaire et d’en réduire les coûts. Pour les entreprises n’ayant qu’un seul salarié et présentant un CA de 300 000 euros maximum, le délai de la procédure de liquidation ne dépassera pas 6 à 9 mois.

 

6 – Rapprocher la Recherche Publique de l’Entreprise

Le but est de simplifier le parcours des chercheurs qui souhaitent créer ou participer à la vie d’une entreprise. Pour cela, trois solutions : une simplification des autorisations, l’autorisation de conserver une part de l’entreprise, et pour finir : la possibilité de consacrer 50% de son temps à l’entreprise.

 

7 – Faciliter la Transmission d’entreprise

Le dispositif Dutreil pour les transmissions d’entreprises familiales à titre gratuit est rénové. De plus, la transmission aux salariés est encouragée. Le rachat d’entreprise est facilité par la suppression du seuil minimum de salariés dans les contraintes du crédit d’impôt de rachat d’entreprise.

 

8 – Simplifier et assurer la Portabilité des produits d’épargne retraite

La loi veut simplifier les règles qui encadrent l’épargne retraite. La sortie en capital au moment de la retraite devient possible ; et quel que soit le parcours professionnel, un seul produit d’épargne retraite pourra être conservé.

 

9 – Soutenir les PME à l’Export

Un guichet unique apparait en régions et une plateforme numérique de solutions d’accompagnement est accessible pour préparer les PME à l’international.

 

10 – Protéger les Entreprises Stratégiques

La procédure d’autorisation préalable d’investissements étrangers en France (IEF) est renforcée et élargie afin de mieux protéger les secteurs stratégiques.

photo

Le meilleur du Web pour comprendre le RGPD

Le RGPD (ou Règlement Général sur la Protection des Données) a fait les grands titres en 2018. C’est un sujet complexe et des sources d’informations supplémentaires sont toujours les bienvenues.

Ces différentes sources vous permettront de refaire le point sur vos connaissances.

Mais c’est aussi – et surtout – l’occasion d’avoir accès à des formats courts et pédagogiques, utiles en entreprises ou auprès de vos clients à des fins de sensibilisation et d’explications claires.

 

  • Pour ceux qui préfèrent l’efficacité = une vidéo en 3 minutes.

Le journal Le Monde propose de décrypter les conséquences du RGPD pour les utilisateurs et les entreprises en 3 minutes et 5 questions. A visionner ici.

 

  • Pour ceux qui n’ont que 10 minutes.

Cet article se concentre sur les conséquences du RGPD pour les entreprises. Il vous fournira de bonnes bases pour la suite de vos recherches sur le RGPD. A lire ici.

 

  • Pour ceux qui ont plus de 20 minutes disponibles.

Cette étude est plus conséquente que les liens précédents. Elle intègre également les conséquences du RGPD pour les entreprises situées hors UE. A retrouver ici.

 

  • Pour ceux qui veulent rentrer dans les détails = la CNIL

La CNIL a créé un corpus de ressources documentaires. On retrouve ainsi un article présentant les 6 étapes à mettre en place pour être en conformité avec le RGPD ici. Un autre article « Les 4 actions principales à mener pour entamer votre mise en conformité aux règles de protection des données » ici.  Enfin une FAQ de 14 minutes en vidéo ici.  

 

  • Pour ceux qui veulent se (re)plonger dedans = le texte officiel

Voici le texte original et complet du RGPD sous la forme d’un fichier PDF. A télécharger ici

 

e-Réputation & Recrutement : des éléments-clés pour les entreprises

Que vous soyez candidat(e) à la recherche d’un emploi ou une entreprise à la recherche de candidats, cette question vous a forcément traversé l’esprit : l’e-réputation a-t-elle un impact sur le recrutement ?

La réponse est simple : Oui.

C’est pourquoi, que vous soyez candidat(e) ou recruteur, nous vous proposons ici des clés pour mieux gérer votre e-réputation.
Nous traitons ici du volet « Entreprise ».

Car l’e-réputation de l’entreprise est elle aussi très importante en termes d’attractivité puis de fidélisation des ressources humaines.

Les « bons » candidats préparent leur entretien(s) et se documentent.

Le réflexe est aujourd’hui universel : toutes recherches d’informations passent par Internet. Ainsi, il en est de même pour les candidats, qui désireux de se préparer et de faire bonne impression vont aller à la « pêche aux infos ».

Votre site « institutionnel », les articles où vous apparaissez, les réseaux sociaux (LinkedIn, Viadeo, etc.) sont autant de sources pour s’informer sur le nombre de salariés, le parcours professionnel du PDG, les projets en cours, et parfois même les conditions de travail, les autres recrutements en cours, etc.

Ainsi, 89 % des candidats disent s’informer en ligne avant de postuler.

Tant pour l’entreprise que le candidat « l’empreinte digitale de votre interlocuteur a préparé le terrain de votre première rencontre » selon Bruno Fridlansky, dans Maîtriser LinkedIn.

 

 

Les candidats sont attentifs aux avis de vos collaborateurs sur les réseaux sociaux.

L’idée du bonheur au travail est une notion importante dans la recherche d’emploi aujourd’hui. Les candidats « engagés » dans leurs démarches d’emploi vont étudier les classements d’entreprises, les articles-médias évoquant les activités de l’entreprise en dehors du cadre professionnel, ses actions caritatives, sa présence dans des salons, etc. Aujourd’hui, un(e) candidat(e) recherche davantage qu’un poste / contrat / salaire, il/elle est attentif(ve) à la culture de l’entreprise, son engagement sociétal, ses actions environnementales, les prises de positions de ses salariés et de ses dirigeants.

L’e-réputation = déterminante dans le choix de l’entreprise.

Ainsi, une entreprise qui montre une transparence totale – ou presque – , du professionnalisme dans sa communication digitale, un dynamisme sur Internet et un « bon vivre au travail » sera favorisée face à une entreprise qui ne communique pas.

 

En conclusion, une présence en ligne est aujourd’hui incontournable pour les entreprises, et ce, également pour leurs recrutements et une approche optimale de leurs ressources humaines. L’entreprise doit être communicante, transparente, accessible et dynamique sur le Web. Ainsi, si l’entreprise ne communique pas, on ne la trouve pas. L’e-réputation peut attirer des candidats comme elle peut les faire fuir, leur faire se poser des questions ou ne pas vouloir aller plus loin dans un process de recrutement.

 

Notes : Bruno Fridlansky est Directeur associé de la plateforme d’influence collective Social Dynamite et fondateur de Consonaute. Il aide les entreprises à travailler leur stratégie digitale et leur « professional branding ».